Le Lycée classique | Lycée classique d'Echternach
OUVERTURE - ENCADREMENT - EFFORT

Le Lycée classique

Contrairement à la plupart des autres écoles secondaires du pays, le lycée d'Echternach ne put ouvrir ses portes à la rentrée de 1944, la ville ayant été déclarée "no man's land" et la population évacuée ; au cours de l'hiver 1944/45, l'offensive des Ardennes détruisit la localité à 80%.

Aussi fallut-il attendre le 20 avril 1945 pour voir 109 élèves répartis  sur 6 classes reprendre les cours ; trois salles de classe remises en état accueillaient alors le matin les trois classes supérieures, l'après-midi les trois classes inférieures.

La loi du 30 juin 1945 conféra à l'établissement la dénomination de "Lycée classique" et manifesta ainsi la volonté du gouvernement de maintenir une école secondaire à Echternach. Le retour à la normale se fit lentement et au prix d'efforts considérables : les travaux de reconstruction rythmaient alors la vie caractérisée par un manque de confort supporté courageusement par la communauté scolaire ; celle-ci était alors dirigée par Jean Limpach, nommé directeur le 4 mars 1946. A son départ à la retraite en 1951, il avait la satisfaction d'avoir fait redémarrer l'école et d'en avoir doublé les effectifs. 

M. Mathias Thinnes lui succéda le 1er avril 1951 ; on peut considérer avec lui qu'à cette époque, "le lycée avait repris sa vitesse de coisière". Ancien président de la Commission des Sites et Monuments nationaux, le directeur Thinnes s'efforça de faire mettre en valeur le bâtiment comme le plus bel ensemble architectural du pays. Les travaux se poursuivirent à un rythme soutenu ce qui permit un accroissement régulier de la population scolaire : aménagement d'une salle des fêtes (la Salle des Glaces) dans l'Aile des Prélats (1953), installation de l'aile des sciences (1954) et d'un préau (1955), aménagement d'une aire de jeux, réfection de la cour des élèves (1956), reconstruction de la Rotonde.

Jean Schon succéda à Mathias Thinnes en 1968, année qui marqua un tournant dans l'histoire de l'éducation de notre pays par la mise en route d'une nouvelle loi scolaire introduisant e. a. la mixité dans les classes. A la rentrée de 1968, 150 filles fréquentèrent le lycée, faisant grimper à 560 le nombre d'élèves. En 1970/71, ce fut le démarrage de l'enseignement moyen créé par la loi de 1965. 1974 vit la création officielle d'un Collège moyen englobé en 1980 dans l'enseignement secondaire technique. "C'est ainsi que sous l'effet combiné de la loi de 1968 sur l'enseignement secondaire et de la loi de 1965 sur l'enseignement moyen, le Lycée classique d'Echternach s'installa dans la modernité et prit un nouveau profil" (Jean Schon).

Parallèlement on assita à une explosion des effectifs, quelque 1000 élèves fréquentant les deux ordres d'enseignement offerts à Echternach au début des années 1980. Dès 1974, les annexes de l'abbaye, occupées jusqu'alors par les classes de l'école primaire, furent mises à la disposition du lycée.

L'extension et la modernisation des infrastructures scolaires furent aussi les principaux soucis de Fernand Bauer, qui prit la succession de Jean Schon en 1980 lorsque ce dernier partit à l'Ecole européenne de Bruxelles. C'est à cette époque que furent aménagées les ailes de biologie et de chimie, plus tard celle de physique. Le directeur Bauer présida aux destinées du lycée jusqu'à son départ à la retraite en 2003. Il put réaliser en grande partie son projet d'installer "une école moderne dans un cadre chargé de tradition".

Depuis 2003, le Lycée classique d'Echternach est dirigé par M. Henri Trauffler.